Equipement scolaire à Lausanne (CH)

Concours

L’école buissonière, c’est un projet, une référence et une ambition commune de l’équipe. Un souhait intrinsèque et perpétuel de proposer un cadre scolaire au sein duquel vient s’immiscer la nature à travers l’utilisation du bois sous toutes ces formes. Une sorte de rappel, de retour aux sources à ce que fût jadis des enseignements parfois clandestins données en plein-air hors des villes.


Axonométrie | Superstructure

Le projet s’articule autour de deux grands axes que sont le bâtiment scolaire à proprement parlé et la salle de sport au dernier étage. L’édifice est constitué majoritairement par des classes au 1er et 2ème étage. Le rez-de-chaussée et le 3ème étage sont des espaces communautaires dont la typologie de l’espace déroge à celle établie pour les classes.
L’idée central du projet d’architecture, tel qu’exprimé dans les rendus graphiques laisse transparaître le souhait de légèreté et une grande flexibilité dans la gestion des espaces. Aeby & Perneger envisage de rythmer la façade avec un système de colonnes peu espacée et ainsi définir une enveloppe qui soutient les planchers créant ainsi de grands plateaux libres séparés par des parois en bois.

Stabilité horizontale | Contreventement

Le stabilité horizontale du bâtiment scolaire à proprement parlé s’opère au travers des deux noyaux centraux de contrevement en béton armé. L’effet de torsion induit par le caractère non-symétrique des charges du vent sur les façades nord et sud est pris en compte. On constate que le vent agissant sur la partie du bâtiment sous la salle de sport est partiellement compensé par le vent agissant sur la partie se situant à droite des noyaux.

Salle de sport | Poutres de toiture

La poutre de toiture de la salle de sport représente un défi structurel à plusieurs égards. Il s’agit d’une structure capable de fonctionner sur 27 m de portée avec comme particularité d’être à même de reprendre des charges importantes telles que celles induites par la toiture
végétalisée (500 kg/m²) et la neige (100 kg/m²).

Afin d’augmenter le bras de levier disponible, nous avons opté pour une structure hybride acier-bois qui sort vers l’extérieur compatible avec une utilisation de la toiture en complexe végétalisé. Cet arc métallique ne sera par ailleurs pas visible de la rue et majoritairement camouflé dans la végétation de la toiture.

La rupture thermique sera assuré par des panneaux en bois CLT et le rythme des poutres dans la salle est conservé.

Client : Ville de Lausanne
Architectes : Atelier Aeby & Perneger || Doch Architectures

Budget : 25 000 000 € HTVA